Puces Politiques

Vivre hors réseau dans le Nord ontarien

9 novembre, 2015 - À la fin de juillet 2015, CBC nous apprenait que le Manitoba, le Québec, Terre-Neuve-et-Labrador, l'Ontario, les Territoires du Nord-Ouest ainsi que le Yukon avaient mis sur pied un groupe de travail panaméricain ayant pour objet de réduire l'utilisation du carburant diesel dans les collectivités éloignées. Le communiqué de presse du ministère de l'Énergie signalait que dans le pays « il y a près de 300 collectivités hors réseau, pour une population totale approximative de 200 000 personnes. » À première vue, ce nombre paraissait très élevé, mais comment cela est-il réparti dans le Nord ontarien et d'où viennent ces chiffres? L'information a été tirée d'un rapport de 2011, d'Affaires autochtones et Développement du Nord (AADNC) ainsi que de Ressources naturelles Canada (RNC); ce document traitait de la situation dans les collectivités éloignées/hors réseau au Canada.

Nous pouvons aider les gens à se permettre d'économiser pour la retraite

2 novembre, 2015 - Comme beaucoup d'autres Ontariens, j'ai suivi avec un certain intérêt le débat sur l'introduction de notre propre régime de retraite provincial. Le plus récent raisonnement présenté en faveur du régime me rend vraiment perplexe. Selon ce raisonnement, les gens ne peuvent se permettre d'économiser pour la retraite, alors nous devons les forcer à le faire. Nous avons apparemment décidé qu'il est plus important que quelqu'un puisse acheter ses provisions dans 40 ans, lorsqu'il aura 65 ans, que maintenant, à 25 ans.

Combler un vide en éducation – Projet d'éducation des Premières Nations : Teach for Canada

20 octobre, 2015 - Chaque septembre, des centaines d'enseignants novices se dirigent vers le Nord, afin d'y enseigner dans des collectivités éloignées et surtout peuplées de membres des Premières Nations. Embauchées par les districts d'écoles publiques du Nord ou par les autorités de l'éducation autochtones, les recrues arrivent enthousiastes et « prêtes à nager ou à couler » dans un milieu d'enseignement presque entièrement inconnu.

Devoirs ? Pourquoi sont-ils de nouveau à la mode

14 octobre, 2015 - L'école a repris pour une autre année, et la plupart des parents, enseignants et élèves font encore face au problème épineux des devoirs. Après une décennie de campagne contre la trop lourde charge de travail des enfants à la maison, les devoirs sont clairement de retour dans les écoles canadiennes.

Gentilés dans le Nord

28 septembre, 2015 - Savez-vous ce qu'est un gentilé? Que diriez-vous si je vous demandais de me dire ce qu'est un Torontois? Vous pourriez probablement me dire que ce terme décrit quelqu'un qui vit à Toronto ou en est originaire, et c'est précisément le sens du mot gentilé (en anglais demonym). Ce mot sert à donner à quelqu'un, habituellement un habitant, le nom d'un endroit ou d'un emplacement, et ce nom comprend généralement l'ajout d'un suffixe tel que « ois » (ex. Québécois) ou « ien » (ex. Ontarien). Le terme anglais (demonym) remonte à la Grèce antique et est dérivé du mot « demo » (δ?μο), qui servait à désigner un canton. Par conséquent, l'adjectif anglais, demonymic, décrit le processus d'attribution du nom à un citoyen athénien, en fonction du « demo » ou canton où il habite. Le mot « demo » sert encore aujourd'hui pour décrire une division administrative dans la Grèce moderne.

Écoles-carrefours communautaires : Besoin d'un « mouvement pour faire disparaître la cage »

16 septembre, 2015 - Transformer en carrefours communautaires les écoles qui se vident ou sont fermées temporairement s'impose maintenant pour les provinces et districts scolaires. Il y a trois semaines, l'Ontario devenait la plus récente province à adopter cette initiative politique et à relever le défi herculéen de la réalisation. Faire disparaître le cloisonnement de l'éducation prendra ce que l'analyste américain des politiques Frederick Hess a désigné à juste titre par « mouvement pour faire disparaître la cage ».

Notre expérience acquise dans le cadre de « Connaissez le Nord »

8 septembre, 2015 - À titre de stagiaires à Sault Ste. Marie, Mandy et moi avons passé l'été à travailler sur un projet de recherche à l'Institut des politiques du Nord : « Connaissez le Nord ». Travaillant depuis le Shingwauk Residential Schools Centre, une grande partie de nos journées a été consacrée à communiquer avec les agents de développement économique de collectivités des Premières Nations et d'autres, avec l'espoir d'obtenir des entrevues informelles. Nous avons eu le plaisir de parler cet été avec 72 acteurs du développement économique. Ces conversations avaient pour objet de parvenir à mieux comprendre comment les Premières Nations et les municipalités se comparent sur les plans économique et social; nous avons aussi abordé les thèmes régionaux, en fonction desquels l'Institut des politiques du Nord pourrait adapter sa recherche, puis ouvert la porte au début d'un partenariat durable avec les collectivités du Nord. 

Les stages d'été 2015 de l'Institut des politiques du Nord tirent à leur fin

31 août, 2015 - Cet été, l'Institut des politiques du Nord a eu le plaisir de travailler avec un groupe inspirant de jeunes adultes du Nord ontarien, dans le cadre de son programme de stages annuel. Ces huit stagiaires, tous ayant des acquis éducatifs et professionnels différents, ont offert à l'Institut des politiques du Nord de nouveaux points de vue sur la recherche existante ainsi que des idées innovatrices sur les façons de faire croître le Nord ontarien. En échange, l'Institut des politiques du Nord a fourni à ces stagiaires un espace permettant d'améliorer leurs compétences en recherche et en analyse des politiques, puis d'avoir une compréhension meilleure des défis et beautés uniques du Nord ontarien. Ci-dessous, les stagiaires d'été 2015 de l'Institut des politiques du Nord révèlent ce que cette opportunité a signifié pour eux.

Éclaircissements sur le sens du mot « Innovation » et Programme de stages pour les jeunes dans le se

28 août, 2015 - Dans le Nord ontarien, l'environnement est l'un des plus gros moteurs économiques et, à première vue, trouver une façon de gagner sa vie sur sa terre pourrait paraître une approche fertile pour ceux qui manquent d'idées. Dans un contexte mondial hypernumérisé, les industries classiques du Nord ontarien pourraient ne pas être perçues comme des secteurs capables de trouver de nouvelles façons d'engendrer un bénéfice tout en misant sur le capital humain (Hall et Donald, 11), dont une désignation mieux connue est les avoirs non financiers, tels l'éducation, les idées et le savoir, qui procurent aux personnes un avantage social (Crossman).