Puces Politiques

Histoire du côté nord

Le 10 septembre 2018 - En plus d’exercices simultanés de flexion, six stagiaires estivaux de l’Institut des politiques du Nord ont eu l’occasion d’étirer leurs muscles de recherche et d’explorer des enjeux politiques importants dans le Nord ontarien au cours de l’été dernier. Depuis Fort Frances, North Bay et Timmins, ce groupe a offert des idées précieuses dans des domaines tels que la capacité de recherche dans le Nord ontarien, les rapports des Premières Nations aux bailleurs de fonds, le tourisme francophone. Par cette recherche, nos stagiaires d’été ont apporté une contribution à un Nord ontarien durable et autosuffisant.

Des taxes, des taxes et encore des taxes. Oui, j'ai bien dit « des taxes ».

4 septembre 2018 - Tout le monde se fiche des taxes. Étant donné la présence de Trump dans les manchettes et les guerres liées à la taxe sur le carbone, cela pourrait vous surprendre. Et pourtant, c’est vrai. Ce qui intéresse vraiment les gens, c'est le prix des choses. Si le coût total d'un article est bas et que les taxes représentent 90 pour cent de son prix, on s'en fiche. Mais si ce même article coûte cher, ou plus cher qu'hier, et que les taxes représentent 1 pour cent du prix total, alors sortez les fourches et les torches!

Plus que des besoins impérieux : le Nord ontarien a-t-il besoin de sa propre stratégie de logement?

Le 20 août 2018 - Des habitations du Nord ontarien ont besoin de réparations majeures. Près d’un logement sur dix du Nord ontarien a une structure, du filage et/ou de la plomberie inadéquats, un taux de beaucoup supérieur à celui du reste de la province. De plus, l’offre du côté du logement est mince, et il est à prévoir que la situation sera pire si le Nord attire les 6 000 nouveaux arrivants dont il a besoin.

Oui, le nouveau gouvernement de l'Ontario est différent, il faudra s'y adapter

Le 13 août 2018 - Il n’y a pas de doute que le nouveau gouvernement de l’Ontario est très différent du précédent. Quant à savoir si différent signifie meilleur ou pire, c’est un débat pour ceux qui sont encore plongés dans la lutte de la plus récente élection ou se préparent à combattre lors de la prochaine. En ce qui concerne ceux d’entre nous qui souhaitent faire avancer les choses dans les régions du Nord ontarien au cours des quatre prochaines années, ce débat est un luxe qu’ils ne peuvent se payer.

Camp Rainbow – Histoire de réussite

Le 30 juillet 2018 - Un camp d’été LGBTQ2+ (lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres, transsexuels, queers, bispirituels) internationalement connu change des vies…, et il se trouve dans un petit village du Nord ontarien, à seulement 40 minutes au nord-est de Sault Ste. Marie.

le Nord ontarien a-t-il besoin de sa propre stratégie de logement? Première partie.

le 16 juillet 2018 - Le Nord ontarien a besoin de plus de monde. Les prévisions montrent que le Nord manquera de 150 000 personnes vers 2041, même en tenant compte des taux naturels de croissance. Une telle crise démographique attire l’attention qu’elle mérite. Beaucoup de gens font des pressions en faveur d’un projet pilote pour l’immigration dans le Nord, mais résoudre le problème démographique pourrait être la cause d’un nouveau mal de tête.

Guide du Programme des travailleurs étrangers temporaires : répercussions pour le Nord

le 29 juillet 2018 - De 2002 à 2012, le nombre de travailleuses et travailleurs étrangers temporaires (TET) au Canada a triplé, passant de 101 078 à 338 221alors que les entreprises ont augmenté leur recours au programme, souvent en vue d'accéder à une main-d’œuvre moins chère. Conséquemment, en juin 2014 le gouvernement a appliqué une série de réformes au Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) afin d'assurer que le programme soit utilisé aux fins prévues, c'est-à-dire comme dernier recours pour les employeurs incapables de pourvoir des postes avec des travailleurs canadiens.

100 premiers jours

Le 25 juin 2018 - Eh bien, en ce qui concerne l’impression du présent texte, l’élection provinciale sera terminée ou presque. Il y a eu pour des millions, non, pour des milliards de dollars de promesses. Au cours des prochaines semaines, la dure réalité de gouverner, par opposition à celle faire campagne, forcera à procéder à un lent décorticage de ces promesses. Celles qui seront matérialisées seront vraisemblablement les plus faciles à mettre en œuvre ou celles auxquelles le gouvernement, toutes tendances confondues, tiendra le plus.