Dr. Stéphanie Chouinard

 websitecarousel_lu_chouinard_fr

L’éducation postsecondaire de langue française en Ontario : crise ou opportunité ?

Comment les problèmes de la Laurentienne et de l’UOF pourraient ouvrir la voie à l’établissement dont rêve la communauté franco-ontarienne

mars 2021 | Dr. Stéphanie Chouinard

« Vous ne voulez jamais qu'une crise grave soit gâchée. » Le chef de cabinet du président Obama, Rahm Emanuel, a donné un souffle nouveau à cette phrase lorsqu'il l'a prononcée pendant le premier mandat d'Obama. Toutefois, ce que l'on oublie souvent, c'est la deuxième phrase de la citation : « [...] ce que je veux dire par là, c'est que c'est une occasion de faire des choses que l'on ne pensait pas pouvoir faire auparavant ». 

La crise financière actuelle de l'Université Laurentienne (UL), et la crise simultanée des inscriptions à l'Université de l'Ontario français (UOF), sont-elles une telle occasion? Une occasion de faire quelque chose que nous ne pouvions pas faire antérieurement? C'est la question à laquelle l’Institut des politiques du Nord a demandé à trois grands penseurs de répondre.

Cet article répond à la question en décrivant les demandes historiques relatives à un réseau panprovincial d'éducation postsecondaire en français, le développement qui a mené à la création de l'Université de l'Ontario français; l’auteur se demande si l’enjeu d'aujourd'hui pourrait servir de tremplin vers la matérialisation de ces demandes historiques. L’article conclut par l’affirmative, à savoir qu’un tel réseau pourrait être possible. Toutefois, cela repose sur un certain nombre d'hypothèses, la première étant de savoir si les établissements voudraient jouer le jeu et la seconde, si le gouvernement provincial donnerait sa bénédiction à cet arrangement. Un autre facteur à considérer est la façon dont l'Université d'Ottawa se positionne par rapport à un tel réseau.

Continuer la lecture →

 

Recherche connexe


Ne manquez pas notre prochaine note d'information! Abonnez-vous à nos mises à jour ici.