Les avantages des résidents temporaires sont tout sauf éphémères

August 2022 - Si vous avez l'impression de voir beaucoup d'affiches " nous embauchons " dans votre communauté ces jours-ci, vous avez raison. C'est parce que le Nord de l'Ontario a une main-d'œuvre qui diminue, en partie à cause des baby-boomers qui atteignent l'âge de la retraite, mais aussi à cause des faibles taux de natalité et de l'exode des jeunes. 

fr-op-ed-economic-impact-of-tr-graphics

Les avantages des résidents temporaires sont tout sauf éphémères  - Ces pénuries ont des répercussions étendues, car nous manquons de travailleurs peu qualifiés et hautement qualifiés. Cela signifie que le café du coin a probablement du mal à embaucher, que l'hôpital tente en vain d'engager plus de médecins et que les écoles ont de la chance lorsqu'elles essaient d'engager des enseignants francophones.

Le problème ? Il n'y a pas assez de personnes qui travaillent dans le Nord de l'Ontario pour fournir tous les services auxquels les gens sont habitués. Dans certains cas, les services dont nos communautés ont absolument besoin ne peuvent pas être offerts. Personne ne souhaite que la fermeture des salles d'urgence des hôpitaux devienne la norme, mais à moins que nous ne nous trouvions davantage d'infirmières et de médecins, bienvenue à la nouvelle réalité. Il s'agit d'un problème complexe, mais les résidents temporaires peuvent constituer une grande partie de la solution. Le dernier document du Northern Policy Institute, en partenariat avec le Réseau du Nord, explore l'ampleur de leur impact économique dans Temporary Residents, Permanent Benefits : Comment les résidents temporaires comblent les postes vacants, paient des impôts et font rouler l'économie locale.

Imaginons un étudiant international qui vient étudier à l'Université Algoma. Pendant ses études, l'étudiant travaille quelques quarts de travail le soir et le week-end dans un café local pour aider à couvrir ses frais de subsistance. De nombreux étudiants, tant canadiens qu'étrangers, travaillent à temps partiel, mais le nombre d'étudiants canadiens dans nos établissements postsecondaires diminue alors que le nombre d'étudiants étrangers augmente. Plus d'étudiants signifie plus d'étudiants à la recherche d'un emploi à temps partiel, ce qui signifie moins de postes vacants. Un étudiant étranger paie aussi beaucoup plus cher pour les mêmes programmes, ce qui permet aux collèges et aux universités d'embaucher plus de personnel et de financer plus de recherche, autant de bonnes choses pour le Nord de l'Ontario.

Après avoir terminé son programme universitaire et être tombé amoureux du Nord de l'Ontario, notre étudiant décide que Sault Ste. Marie serait un endroit assez agréable pour vivre pendant quelques années encore, au moins. En plus de cela, il y a des emplois disponibles dans le domaine dans lequel l'étudiant a étudié. Que fait l'étudiant ? Il fait une demande de permis de travail postdiplôme (PTDP) ! Et c'est ainsi qu'il est passé du statut de serveur de café à celui de titulaire d'un poste hautement qualifié.

Quelques années plus tard, notre étudiant a maintenant un groupe d'amis établi, a perfectionné l'art du ski alpin à Searchmont, a une liste de restaurants préférés et pourrait s'imaginer vivre le reste de sa vie ici. Il entreprend le processus de demande de résidence permanente, est approuvé et s'installe à Sault Ste. Marie. Le programme de permis de travail postdiplôme a connu un grand succès car, comme notre étudiant imaginaire, près des trois quarts de tous les détenteurs de PGWP deviennent des résidents permanents dans les cinq ans (Statistique Canada 2022).

On calcule que les résidents temporaires gagnent au moins 279 millions de dollars par année, dont une grande partie est réinvestie dans le Nord de l'Ontario en achetant de l'épicerie, en payant un loyer et en soutenant d'autres entreprises locales. Si nous ajoutons les frais de scolarité payés aux établissements postsecondaires du Nord de l'Ontario au revenu des résidents temporaires (parce qu'ils dépensent leur revenu dans nos collectivités), nous obtenons 455 millions de dollars de revenu dépensé dans le Nord de l'Ontario.

Les résidents temporaires jouent déjà un rôle important dans l'économie du Nord de l'Ontario. Toutefois, comme un nombre croissant de Canadiens atteignent l'âge de la retraite, il faudra attirer davantage de personnes dans la région. Comme l'a démontré le PGWP, il y a beaucoup de potentiel pour que les résidents temporaires deviennent des résidents permanents et fassent du Nord de l'Ontario leur foyer. Pour que cela se produise, il sera important de s'attaquer aux problèmes de nos collectivités, comme la pénurie de logements et le transport en commun inadéquat, afin de s'assurer qu'elles sont des endroits accueillants pour les résidents temporaires. La rétention des résidents temporaires est prometteuse pour atténuer les pénuries de main-d'œuvre, mais aussi pour enrichir les aspects sociaux et culturels du Nord de l'Ontario, ce qui peut aider nos collectivités et notre population à prospérer pour les années à venir.

 

Amelia Spacek est un Analyste Politique at IPN

écrire pour nous

Le contenu du Puces Politiques du Nord est pour l’information et l’utilisation générales. Les vues exprimées dans ce blogue sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les opinions de l’Institut des politiques du Nord, de son conseil d’administration ou de ses partisans. Chaque auteur assume toute la responsabilité quant à la précision et à l’intégralité de son blogue. L’Institut des politiques du Nord ne sera pas tenu responsable d’une erreur ou d’une omission dans cette information, ni d’un dommage causé par l’exposition ou l’utilisation de cette information. Tout lien vers un autre site Web ne signifie pas que l’Institut des politiques du Nord est d’accord avec le contenu de ce site, ni qu’il y assume une responsabilité.

L’Institut des politiques du Nord vous invite à lui faire part de vos observations et commentaires. Cette rétroaction ne doit pas dépasser 500 mots. Nous ne publierons aucun commentaire comportant des propos obscènes, désobligeants, haineux ou menaçants. Évitez le hors sujet en vous assurant que vos commentaires concernent les thèmes abordés dans ce blogue. Si vous présentez une réfutation ou un contre-argument, veuillez fournir des sources et des éléments de preuve. L’Institut des politiques du Nord se réserve le droit de refuser les rétroactions et commentaires transmis à www.northernpolicy.ca qui contreviennent aux présentes directives.

0 Commentaires des lecteurs

All fields are required.